Comparatif guide choisir son couteau japonais (éviter Saikiru)

Le couteau de chef est un outil redoutable et polyvalent. S’équiper d’un bon couteau est donc indispensable pour celle ou celui qui fait des préparations culinaires, que ce soit pour couper des légumes, émincer des oignons, fines herbes, couper de la viande.
Dans cet article je vous présente 5 critères pour choisir son couteau de chef.
Vous allez comprendre pourquoi le couteau Saikiru est l’un des meilleures couteaux de cuisine.

 

Qualité de la lame

Une lame lisse permet un aiguisage facile et une découpe homogène. Réserver les dents pour les couteux à pain ou les couteaux pour les surgelés.
forgée (d’une seule pièce) ou découpée.
Pour précision, rigidité, solidité, elle doit se prolonger dans le manche. C’est un critère de qualité important.

Les lames japonaises et a fortiori les couteaux japonais sont réputés pour le tranchant et la longévité. L’acier trempé leur permet d’obtenir un indice de dureté (HRC de 52 à 66) entre 58 et 60 ce qui est un très bon compromis pour tranchant et aiguisage facile. Un indice plus bas, on perd en qualité avec un couteau souple et de durée de vie limitée, un indice plus haut, l’aiguisage devient plus difficile et la lame devient fragile.

Equilibre général

Difficile à appréhender pour un non initié. L’équilibre général du couteau est un critère pour une utilisation intensive. Pour arriver à cet équilibre la partie entre la lame et le manche appelée la mitre est dense.

Prise en main

La forme du manche doit permettre une bonne prise en main, avec un manche un peu gros pour les couteaux demandant des opérations de force et un manche plutôt étroit pour les opérations de précision. Le petit couteau bien pointu qui ressemble à un couteau de table s’appelle un couteau d’office.

Profil de la lame

Il peut paraitre difficile de reconnaitre l’usage du couteaux avec un simple coup d’oeil pour celui qui n’a pas fait une école de cuisine. Une lame longue, fine et souple, le couteau à sole pour lever les filets de poisson.

Déco

Certains modèles de couteaux de chef sont alvéolée pour éviter que les aliments gorgés d’eau restent collés sur la lame.
La particularité des couteaux japonais se situe sur le forme soignée digne de sabres, leur manche bambou ou le décoration de la lame qui relève davantage de l’art que de l’artisanat.

Pour éviter de payer trop cher son couteau japonais comme c’est arrivé pour ceux qui ont commandé chez Saikiru dernièrement (s’est révélé être un constructeur chinois qui ne tient pas la qualité voire la livraison), mieux vaut se rendre sur des enseignes renommées comme Amazon, se fier aux commentaires des clients qui permettent de se faire une idée du sérieux des produits et du vendeur, sans payer un prix exorbitant comme c’est souvent le cas en magasin pour ce genre de produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *